écrit par 24 heures au Bénin

Cinquantenaire des indépendances africaines

Un symposium d’exclusion, des millions gaspillés pour rien

En décidant de faire tenir à Cotonou un symposium sur les 50 ans d’indépendance de l’Afrique, les organisateurs de ce forum, a priori, avaient de bonnes raisons de réunir les gens pour discuter sur l’état de développement du continent. Mais à y regarder de près, cette messe qui a connu son épilogue le samedi dernier au Palais des congrès de Cotonou, on peut crier à l’exclusion et au gâchis.

(suite…)



écrit par Le Matinal

Clôture du symposium sur le cinquantenaire:Le manifeste de Tévoédjrè qui relance l’Afrique

Le Symposium international sur le cinquantenaire des indépendances africaines a pris fin le samedi 20 novembre 2010 sur une note d’espoir. Après les différentes communications, tables rondes, travaux en atelier, les conférences et restitutions, un manifeste a été adopté pour servir de boussole à la postérité.

(suite…)



écrit par Le Matinal

Rabiou Garba à propos de la décision de mise en consommation :« Le port se videra de lui-même d’ici quelques mois »


La décision de mise en consommation systématique des produits tels le riz, le sucre, les tissus et bien d’autres, entrée en application le 12 novembre dernier est perçue dans le rang des importateurs comme lourde de conséquences pour l’économie du pays. Sur l’émission Zone franche de Canal 3 hier, le représentant des importateurs nigériens, et nigérians Rabiou Garba est revenu plus en détails sur les implications de cette décision.

(suite…)



écrit par 24 heures au Bénin

Rentrée scolaire 2010-2011

Quel sort pour les 60.000 apprenants encore sinistrés ?

 

Depuis le 04 octobre dernier, le gouvernement a décidé de rouvrir les portes des écoles, collèges et lycées du Bénin malgré les inondations qui ont empêché plusieurs milliers d’apprenants d’effectuer la rentrée. Mais, qu’adviendra-t-il des apprenants sinistrés ?

(suite…)



 dave.jpg      Bienvenue à tous mais surtout  à chacun. Comme vous le découvrez, le petit espace 

« Benin News » s’offre au monde et se veut être adopté par tout un chacun de vous. Telle une goutte d’eau

indispensable à la vie et qui en tombant se propage en une multitude de gouttelette, Benin News  se veut

autant être indispensable que répandu dans votre quotidien. Benin News émane d’une volonté de faire

 connaître le Bénin, d’amener ses fils et ses admirateurs à contribuer à son développement à travers la force

 de la réflexion et des échanges qui à coup sûr apporteront un plus à la vision de tous. Il se révèle donc

 comme un portail sur l’actualité béninoise au quotidien avec la possibilité sinon avec le vœu que tout un

 chacun y laisse un commentaire ou des commentaires apportant ainsi contribution à l’élévation de l’édifice

 Bénin. Benin News  est dorénavant votre chose, prenez y soins et n’oubliez pas de le proposer à tout vos

 contacts. 1 2 3 4, en avant pour une histoire rédigée par tous.



caricature.jpg

 



sulpiceogbaguidi.jpg

La flamme de l’altruisme

L’être humain a cette noble propension à aimer et à aider son prochain. Une certaine doctrine philosophique met au cœur de la moralité, l’intérêt pour autrui, ce que nous appelons altruisme et qui constitue une vertu. Nul doute que le malheur peut venir de l’égoïsme et de toute allure égotiste. La nature elle-même ficelle sa complicité avec l’altruisme pour la contagion du bonheur. Le bain humain du bien élève notre existence et donne un sens à la vie. Après aimer, aider est le plus beau verbe, explique la sagesse populaire.

Il est évidemment bon d’être altruiste.  » La fraternité, disait Jacques Attali, consiste à trouver du plaisir au bonheur de tout ce qui a vécu, vit ou vivra. Un altruisme universel qui s’adresse à l’autre et à tous les autres « . La vocation de la bonne action est l’apanage de l’homme. Elle se règle en principe conformément aux normes et nous sort de l’état de nature, bestial et primitif. Les Saintes Ecritures ont semé le sens de l’amour et tenu les racines de l’altruisme : « Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimé vous aussi  » (Jean 13, 34). La raison humaine et les exigences morales édictent qu’on vienne en aide à ceux qui sont dans le besoin. Nul n’a le droit d’être heureux tout seul dit-on. Au tableau des valeurs humaines, s’inscrit cet élan à porter assistance à autrui. Mais les bonnes intentions ne suffisent pas à proclamer son altruisme. Sans l’acte, elles sont stériles et tournent dans le vide pour fondre dans l’inachevé. Il faut que le concret vienne célébrer le pragmatisme, la bonne volonté. Le vacarme assourdissant sur du rien est illusoire. Il y en a qui aiment simuler l’altruisme par un angélisme trompe-l’œil.

Quand l’altruisme devient ce que Jean Rostand qualifie d’alibi, il porte la charge immorale. Aider par exemple une jeune fille dans le vil dessein d’exploiter sa situation relève d’une pure bassesse. Le soi- disant altruiste tombe dans la poubelle. Car la concupiscence et la volupté motivent ici l’aide. L’amour du prochain n’est plus sain dans ce cas et masque quelque chose de cruel. L’altruisme universel se moque de cette espèce de propension insalubre qui colle au caractère rétif de l’humain.  » Que la charité soit sans hypocrisie ». (Romains 12,9).

Sur un autre plan, l’altruisme manifesté envers les paresseux réputés, les partisans de moindre effort est purgé de tout charme en cela que la sollicitude pour cette race de gens frappés de fainéantise est moralement inféconde. Il faut apprendre à décourager ces parasites qui profitent de l’altruisme vertueux des autres et refusent de se jeter à l’eau pour manger à la sueur de leur front. J’ai horreur de ces sangsues à peau d’homme. Quelle est cette vie qui consiste à miser sur l’altruisme des autres ?

L’homme, être intelligent et raisonnable a le devoir de donner le pouvoir à la morale. Son existence sans un brin d’altruisme serait un gâchis. Nous avons tous l’occasion de montrer notre sens humanitaire et notre esprit de solidarité. Il suffit de briser les chaînes égotiques pour afficher le visage véritablement humain. Combattre l’instinct animal par la conscience et faire triompher le bien, telle doit être la devise de chacun. L’essentiel est d’éviter d’être « un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit » (Corinthiens 13,1). Mais, on ne peut aider autrui jusqu’à se ruiner. A chacun ses limites, malgré le premier commandement  » aimez-vous les uns les autres ».
 Sulpice O. GBAGUIDI



écrit par 24 heures au Bénin

dangnivo.jpg Affaire Dangnivo

Le peuple attend impatiemment les résultats de l’enquête.

La disparition de Pierre Urbain Dangnivo, cadre émérite du ministère de l’Economie et des finances, semble être passée sous silence. Mais, le peuple béninois attend impatiemment les résultats de l’enquête.

L’affaire Dangnivo est-elle en train d’être rangée dans les placards ? C’est la question que l’on se pose actuellement quand on sait qu’au Bénin, sous le Changement, la mise sur pied des commissions d’enquête est une stratégie pour classer les dossiers fumants. Ici, on ne parle plus de la disparition mystérieuse de ce cadre. Le comité de crise, chargé de faire la lumière sur ce dossier, n’a pas encore fait le point de ses investigations, alors que le peuple a soif de connaître l’évolution des enquêtes. Le gouvernement aussi n’en parle plus. N’eût été la grève des travailleurs du ministère de l’Economie et des finances, on ne parlerait plus de la disparition de Pierre Urbain Dangnivo. Alors, à qui profite ce silence autour de cette affaire de disparition d’homme ? On n’a pas besoin de chercher loin pour répondre à cette interrogation. On sait qu’à un moment donné, il y a eux des marches de la Société civile, de l’opposition et de tout le peuple béninois contre le gouvernement pour retrouver le cadre disparu. Il est nécessaire de continuer la lutte pour que la vérité jaillisse, sinon cette affaire risque d’être passée aux oubliettes. Par exemple, au début du régime du Changement, la garde républicaine a tué deux personnes à Ouidah. Une commission d’enquête a été mise sur pied pour connaître du dossier. Plus de trois ans après, fiasco. Toujours dans la même période, à la veille des élections législatives, il a été annoncé le braquage du cortège présidentiel dans les Collines. A l’époque, il y a eu même des arrestations. Que sont devenus les résultats de la commission d’enquête ? Etait-ce un montage ? Le peuple attend des explications. Les travaux de plusieurs autres comités ou commissions sont sans suite. La conclusion est que les investigations n’aboutissent jamais sous le régime du Changement. Si rien n’est fait pour maintenir la pression, l’affaire Dangnivo peut passer dans le placards.

Cécile AGOSSA

 

 



écrit par La Tribune de la Capital

 

Soutien de dernière minute au rapport d’activité de nago : L’avertissement des députés G13 et Sursaut Patriotique à l’Un

sigeassemblenationale150x150.jpg Conscients de la surprise consécutive à leur vote en faveur du 7ème rapport du Président Mathurin Nago, les députés André Dassoundo, Edmond Agoua, Sam Adambi, Wallis Zoumarou, Eloi Aho…

(suite…)



écrit par Le Pays Emergent

A moins de cinq mois des élections de 2011: La mouvance Yayi dort.

(suite…)



12345...9

Christophe Bloggeur amateur |
Actu gamer |
Culture Choc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | akdv
| Un micro sous votre oreiller
| Maroua Infos REN