écrit par Le Matinal

Face au flou qui persiste dans le dossier Dangnivo:24 h de paralysie aux finances ce jeudi

Considérée jusque-là comme l’un des dossiers à controverse de l’ère du Changement, l’affaire Dangnivo est apparemment encore loin de livrer son dernier acte. Et pour cause, en sit-in, hier mardi, au trésor public, les collègues du disparu, réunis au sein du Fésyntra-finances remettent en cause toutes les conclusions émises. Dans la foulée, ils exigent également, la revalorisation de leur statut et promettent de durcir le ton si rien n’y fit. Lire la substance de leur motion.

Considérant que l’intégrité et la vie de la personne humaine sont sacrées et doivent être protégées par les pouvoirs publics et que l’affaire Dangnivo ne sera jamais une affaire non lieu comme le souhaite El Hadj Diallo dans l’Indépendant n01009 du jeudi 18 novembre 2010 ;Considérant la disparition restée mystérieuse de Pierre Urbain Dangnivo, fonctionnaire de l’Etat, avec son véhicule depuis maintenant 101 jours et toujours sans trace ; Considérant notamment les déclarations mensongères ainsi que les propos prétendant indiquer des auteurs de l’enlèvement de Pierre Urbain Dangnivo, déclarations et propos tenus par Messieurs Maxime Houdjissi, Alexandre Hountondji, et consorts qui parlent de sacrifice humain à l’approche des élections au Bénin ; Considérant la manière cynique et lugubre de l’annonce présumée de sa mort par le ministre de la justice à la famille, ainsi que la mise en scène inhumaine de l’exhumation le lundi 27 septembre 2010 d’un cadavre non identifiable ; Considérant les déclarations du ministre et des autorités de la Justice d’une part et du Chef de l’Etat (avec l’Ambassadeur de France) de l’autre à propos du cadavre exhumé ; Considérant que le rapport de l’autopsie qui est encore sous le manteau permet déjà d’identifier le sexe, l’âge, la taille, les causes probables et la date du décès de la personne dont le corps est exhumé ; Considérant toutes les intimidations du pouvoir et de ses valets pour contraindre les travailleurs au silence afin de laisser le champ libre à tous abus et atteintes aux libertés chèrement acquises, et faire passer en pertes et profits la vie de Pierre U. Dangnivo ; Considérant les conclusions du conseil syndical du mardi 02 novembre et les décisions de l’assemblée générale du jeudi 04 novembre 2010 ; Considérant !e mot d’ordre de l’appel du Front pour la Défense de la Démocratie (FDD) et des libertés, de lutter efficacement et « quotidiennement contre l’arbitraire, la confiscation et l’exercice personnel du pouvoir, contre le pillage et les bradages des ressources nationales » ; Considérant les conditions de vie et de travail des travailleurs du ministère de l’Economie et des Finances et l’exigence de compte rendu de la gestion des ressources affectées ou générées pour les directions aux travailleurs 1- Proteste contre, toutes les intimidations du pouvoir et de ses valets pour contraindre les travailleurs au silence afin de laisser le champ libre à tous abus et atteintes aux libertés chèrement acquises, et faire passer en pertes et profits la vie de Pierre U. Dangnivo ; 2- Déclare ne pas reconnaître le cadavre exhumé à Womey-Akangon le 27 septembre 2010 comme celui du disparu, 3- Rejette tout résultat de test sur un quelconque cadavre que l’on présenterait comme confirmant la mort de Pierre Urbain Dangnivo, 4- Décide par conséquent d’une grève de 24 heures pour le jeudi 25 novembre 2010, pour exiger : a) Le retour de Pierre Urbain Dangnivo vivant, sain et sauf, b) L’audition par la Justice de Messieurs Alexandre Hountondji, Maxime Houédjissi et des autres thuriféraires du régime qui publiquement ont parlé de sacrifice humain à l’approche des élections, c) la découverte et le jugement des commanditaires et exécutants du crime d’enlèvement et de séquestration de Pierre Urbain Dangnivo ; d) L’indexation des indices des travailleurs du ministère en charge des finances (coefficient de revalorisation du traitement indiciaire de 2 pour les catégories E, C, D et 1,75 pour les catégories B et A pour compter de Janvier 2010 ; e) La solution urgente et définitive à l’organisation des examens et concours professionnels avant le 30 novembre 2010 ; f) La parution des décrets portant statut des comptables publics et leur cautionnement avant le 30 novembre 2010. Tient le Gouvernement responsable des déconvenues qui adviendraient suite à la non prise en compte des présentes exigences.
 



Laisser un commentaire

Christophe Bloggeur amateur |
Actu gamer |
Culture Choc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | akdv
| Un micro sous votre oreiller
| Maroua Infos REN