Mauvais classement du Bénin dans la lutte contre la corruption

 

Les vérités de Roger Gbègnonvi

 

 dans Politique a6e12457813b4a27338fbc53d0907eb7

Le mauvais classement du Bénin dans la lutte contre la corruption n’a pas fini d’être dénoncé par les Béninois. L’ancien ministre de l’Alphabétisation, Roger Gbègnonvi a donné son point de vue sur ce classement.

 

La 110ème place occupée par le Bénin dans le dernier classement de l’Ong Transparency International relative à l’état de la corruption dans le monde entier est sans surprise pour la majorité des Béninois. Pour eux, vu la flopée de scandales sous le régime du Changement et tout ce qui se passe dans la fonction publique avec les dessous de table, les passations biaisées de marchés publics, l’utilisation abusive des moyens de l’Etat, les malversations financières, sont autant de preuves diaboliques pour mettre le Bénin à une place honorifique en ce qui concerne l’état de la corruption.

Néanmoins, très reconnu pour sa verve, son franc parler et ses pertinentes analyses, l’ancien ministre de l’alphabétisation Roger Gbègnonvi de « pimenter » l’avis de ses compatriotes sur ledit classement à travers certaines vérités. En effet, interrogé par une radio de la place, le professeur Gbègnonvi n’est pas allé du dos de la cuillère pour apprécier à sa juste valeur, la mauvaise place du Bénin dans le classement des pays relatif à l’état de la corruption. Avec les mêmes arguments, il a justifié ce classement et stigmatisé avec ironie et humour dont lui seul a le secret, la corruption au Bénin sous le pouvoir du Changement. Mais allant plus loin dans ses remarques, l’ancien ministre de l’alphabétisation, de s’interroger sur la vraie place du Bénin si l’Ong Transparency international était allée au fond des choses, c’est-à-dire, avait cherché à savoir plus davantage sur la corruption au Bénin à un moment où la bouffe ou la malbouffe, la mauvaise gestion ont atteint des sommets inégalés et records. Autrement, le Bénin aurait pu avoir un rang aussi mauvais que celui qu’il occupe actuellement dans ce classement de Transparency international. Un petit exercice et l’on pourrait avancer avec lui les chiffres, 127, 140, 161, etc.

Johnson Z. OLOKIKI



Destitution en vue du Président Anjorin Moucharafou de la tête de la Fbf : Déjà des promesses de 20 millions à chaque délégué de club (Le cas Togo guette le Bénin)

 dans Sport anjorin Il y a quelques jours, nous avons annoncé que le président de la fédération béninoise de football (Fbf) Anjorin Moucharafou aurait échappé à une destitution. Ce complot fait suite à une réunion convoquée d’urgence par la majorité des délégués et soutenue par le président de la Lfpb, Sébastien Ajavon. Mais si le vote de défiance a échoué, c’est parce que les instigateurs ont été confrontés aux textes. Ainsi, souffle t-on, ces derniers n’entendent pas lâcher le morceau.

Ils promettent mettre en exécution leur plan machiavélique une fois que les nouveaux textes seront adoptés conformément aux dispositions de l’international Board.

Un an à peine après son élection à la tête de la fédération béninoise de Football (Fbf), le président Anjorin Moucharafou serait déjà en difficulté. Il a complètement perdu la majorité en raison de la puissance financière du président de la Lfpb qui convoiterait déjà son poste. La majorité actuelle au sein du comité exécutif de la fbf est désormais en faveur de ce dernier qui n’hésite pas à donner des coups à son ami d’hier qui du coup devient un adversaire.

Les décisions de la fbf se prennent suite à un vote. Etant donné que le président Anjorin Moucharafou n’a plus voix au chapitre. Au lendemain du match Rwanda –Bénin (0-3) la majorité des membres ont convoqué une réunion d’urgence. Il s’agissait au cours de la réunion d’inciter la majorité de ces membres à la démission, à un vote de défiance en vue d’une assemblée générale extraordinaire élective. Mais, puisque les textes n’avaient pas été adoptés, ils ont opté pour leur relecture. Et cette une fois cette étape franchie qu’un nouveau rendez-vous sera pris.

On murmure la main invisible de Sébastien Ajavon qui serait en train de vouloir proposer 20 millions à chaque représentant des clubs et ligues pour réussir son coup.

Actuellement, la trouvaille consiste à monter tous les acteurs du football contre la gestion de Anjorin Moucharafou. Une stratégie qui consiste à organiser déjà une rébellion. Et c’est d’ailleurs ce à quoi on assiste actuellement au sein du comité. Les amis d’hier qui ont bu et mangé à la même table n’arrivent plus à s’accorder.

A cette allure, on risque d’assister à un éclatement du bureau avant le terme du mandat. Ce qui risque de plonger le football béninois dans la crise de 1999.

écrit par  » nouvelles mutations « 



Boycott de l’ouverture de la 2ème session ordinaire de l’Assemblée nationale:Mathurin Coffi Nago exprime son ras-le-bol

Faute de quorum, l’ouverture de la dernière session ordinaire de la cinquième législature a été reportée à mardi prochain. Dépité et fâché, le président de l’Assemblée nationale s’en est pris à ses adversaires en des termes durs.

(suite…)



A propos de l’absence des députés hier : Les déclarations de Mathurin Nago, Samou Adambi,Yibatou Sanni Glèlè,Amissétou Affo Djobo,

Le quorum, normalement au terme de l’article 85 de la Constitution devrait être de 42. Nous ne sommes que 23 et il y a des députés qui sont absents. Il y a même les vice-présidents qui sont absents remplissant ainsi correctement la mission que le peuple leur a confiée. Nous ne pouvons malheureusement pas tenir cette cérémonie.

(suite…)



 

non.jpg

 

Qu’attend Reckya Madougou pour désavouer les auteurs de ces actes ?

Avec les déchirements des affiches anti-Lépi truquées un peu partout sur le territoire national, il ne fait plus aucun doute que ce sont les ennemis de la démocratie qui sont passés à la vitesse supérieure dans leur volonté manifeste de ne céder aucune place à la contradiction. Or, c’est oublier l’histoire « Touche pas à ma Constitution » qui, il y plus de cinq ans, a permis l’arrivée au pouvoir du candidat Boni Yayi avec comme récompense, la nomination de Réckya Madougou au gouvernement.

(suite…)



« La pré-campagne est ouverte pour les médias ! »

Monsieur le Vice-président quelles sont les principales innovations de cette décision ?

(suite…)



Le Bénin recule dangereusement sous Boni Yayi

Le régime du Changement est désormais mondialement connu avec la promotion de la corruption qui s’enracine dans ses veines. Le dernier rapport annuel de l’Ong Transparency International classe le Bénin à la 110ème place, avec une note de 2,8/10. Une reculade inquiétante qui interpelle le bon sens de tous face aux agissements d’un régime qui se donne pourtant pour priorité de lutter contre ce fléau. Paradoxe ou incohérence, c’est ce régime qui bat le record en la matière avec une chute libre.

(suite…)



sulpiceogbaguidi.jpg

Témoin Yayi à charge…

L’affaire Icc services est décidément une éponge imbibée de révélations. Mémorandums et mini mémos se bousculent avec des brouettes de déclarations versées dans la poubelle à scandale. La nouvelle cloche vient de la branche Abou Salomon Yayi de la famille Yayi. Et nous en sommes désormais à de révélations intimes sur une échelle élevée dans la quête de la vérité dans le drame national de l’escroquerie à grande échelle.

La part de vérité des proches de Yayi affiche des symptômes du surréalisme au regard de l’apologie de la virginité du chef de l’Etat faite dans le boucan des gardes chiourmes et chantres indécrottables du changement. Mais on semble avoir dans ce nouvel épisode, avec des acteurs de la famille, les pieds sur terre. La fâcherie vient de l’arrestation d’Abou Yayi, cousin de Boni Yayi considéré comme proche de lui qu’aucun des membres de la famille du président. Et voici ce que dit la famille de l’acoquinement Boni Yayi- Emile Tégbénou :  » Abou Yayi a conduit Mr Tégbénou auprès du Président de la République qui a été à son tour séduit par les idées de Mr Emile Tégbénou lui promettant de faire le nécessaire pour le mettre au courant des marchés publics béninois. Quant à Mr Abou Yayi, le président Yayi lui recommanda de travailler en étroite collaboration avec Mr Tégbénou dans la conduite des marchés de forage… « . Principale leçon de l’éclaircie familiale : Yayi connaissait Tégbénou avant l’éclatement du scandale Icc Services et aurait selon les témoins biologiques assuré les liaisons du cousin avec le filou. Le mini mémo à charge contre le Chef de l’Etat tisse sa corde au bout de celle de l’ancien ministre de l’intérieur limogé. Armand Zinzindohoué jurait, dans un mémo à succès, avoir rencontré monsieur Guy Akplogan et monsieur Emile Tégbénou au domicile du chef de l’Etat. Il avait alors été accusé d’avoir violé le corps du Christ par de coreligionnaires hébétés sous l’effet de l’émouvant mémo. On eut du mal à comprendre le lien entre le mémo et le péché, celui de la violation du corps du christ. Dans une interview à Libération en novembre 1981, Serge Gainsbourg caricaturait cette espèce de folie : » Si le Christ était mort sur une chaise électrique, tous les petits chrétiens porteraient une petite chaise en or autour du cou » lâchait-il. Les parents de Yayi ont-ils eux aussi violé le corps du christ en confirmant le contact entre Yayi et Tégbénou avant l’éclatement du scandale ? Le camp Yayi s’est mis en boule après les écrits brûlants du courageux Zinzin. Quelques uns des logis yayistes désemparés et bilés hurlaient piteusement et théâtralement un complot de l’opposition. La conspiration est-elle désormais celle de la famille ? Et le corps du Christ est il maintenant domestiqué et abîmé à volonté ? Pauvre Christ dont le corps est malmené en plein scandale. Quittons le champ de l’insensé. Connaître ou ne pas connaître Tégbénou ne relève ni de la foi ni de l’athéisme. Que pensent les supporters forcenés du Président après le cinglant désaveu familial subi par leur idole de la Marina ? Il est à craindre que le camp Yayi verse dans l’insolite en s’abreuvant de l’irrationnel. On a hâte de savoir la ligne de défense du pouvoir du changement maintenant que des membres de la famille de Yayi ont tenu le même langage que Zinzin l’ami de Yayi. Je souris à l’idée qu’on nous dira que Yayi n’a pas rencontré Tégbénou responsable de Icc services mais Tégbénou messie du forage et Pdg de la Société nouvelle alliance du Bénin. J’espère sérieusement que dans la nouvelle panique, on n’en viendra pas à cette hérésie. Car, il s’agit de Tégbénou tout court et non d’un dédoublement qui doit offrir à Yayi le choix de son Tégbénou pour demeurer l’immaculé. Le chef de l’Etat s’est déclaré  » responsable mais pas coupable » dans l’affaire Cen-sad. Il y a un autre Yayi à découvrir si ce n’est plus le même « responsable mais pas coupable ». On pourrait avoir le chef d’Etat  » responsable et coupable » ou le président  » ni responsable ni coupable ». Ou peut-être toujours le chef qui n’était pas au courant de l’existence de Tégbénou et de rien car le président responsable et coupable est toujours à retrouver.

C’est de la famille Yayi que naît l’espoir d’une réponse incontestable à cette question qui domine toutes les autres dans le gros scandale Icc services : Boni Yayi, Chef de l’Etat, chef du gouvernement a-t-il rencontré Guy Akplogan et Emile Tégbénou ? Oui, crie la famille. Les yayistes radoteurs ont sans doute eux aussi appris la mauvaise nouvelle. Vraiment !

28-10-2010, Sulpice O. GBAGUIDI



Affaire Urbain Pierre Dangnivo:Mètognon et le Sg du Mfe écoutés

Le feuilleton « Dangnivo » est bien loin de connaître son dernier épisode. Et pour cause, la situation qui entre-temps avait connu une relative accalmie connaît un rebondissement avec la reprise des arrêts collectifs de travail dans le secteur financier, sans compter plusieurs marches et sit-in prévus pour s’effectuer incessamment. Le dernier acte qui confirme ce rebondissement est l’interpellation ce mercredi 27 octobre 2010, par les éléments de la Brigade territoriale de Cotonou, sur instruction du Procureur de la République, des Secrétaires généraux de la Fédération du syndicat des travailleurs des finances (Fésyntra-Finances), Laurent Mètognon et du ministère de l’économie et des finances, Samuel Djingué.

(suite…)



Compte tenu des tentatives répétitives pour ternir à tout prix l’image du candidat de l’UN

Des risques d’utilisation des empreintes digitales de Me Houngbédji à des fins inavouées

 dans Politique bdede2f57701123465806103cb509d0f Depuis le dimanche dernier, la tension est montée d’un cran dans le département de l’Ouémé et plus précisément dans les communes d’Avrankou et d’Adjarra. Et pour cause ! Les déclarations du coordonnateur de la Ccs/Lépi Porto-Novo faisant étant de ce que la présidente de la Miréna aurait envoyé son chauffeur chercher le duplicata du récépissé de l’enregistrement des données biométriques de leur leader charismatique Me Adrien Houngbédji candidat de l’Union fait la Nation à la prochaine présidentielle

(suite…)



123

Christophe Bloggeur amateur |
Actu gamer |
Culture Choc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | akdv
| Un micro sous votre oreiller
| Maroua Infos REN